Ath, c'est toute une histoire

  • Ath: Christian Cannuyer commentera les funérailles du Grand-Duc Jean de Luxembourg

    4124780673.jpgLe Grand-Duc Jean de Luxembourg s’est éteint dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 avril. En signe de deuil, de respect et d’attachement avec la famille grand-ducale, les cloches des églises grand-ducales ont sonné, ce mardi de Pâques à 12.15 heures pendant 15 minutes.

    Décédé à l’âge de 98 ans des suites de problèmes pulmonaires, Jean de Luxembourg a régné pendant 36 ans sur son pays, de 1964 à 2000. Cette année-là, il a abdiqué en faveur de son fils Henri, actuel souverain du Grand-Duché.

    Ce samedi matin au commentaire des funérailles du grand-duc Jean de Luxembourg sur RTL-TV, on retrouvera l’Athois Christian Cannuyer grand spécialiste des têtes couronnées européennes

  • Ath: Ce dimanche la monnaie locale va fêter son premier anniversaire

    3838745512_3.jpgLa monnaie locale et citoyenne pour la région d’Ath fête son premier anniversaire le dimanche 24 mars. Avec un invité très spécial, Rob Hopkins, initiateur du mouvement international

    A Ath, les premiers bons d’échange locaux SolAToi circulent depuis mars 2018. Une quarantaine de commerces et prestataires de services acceptent les billets aux couleurs des géants. Ces six billets - de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 solatois - ont exactement la même valeur que les euros. La différence : ces billets ne sont acceptés que par des commerçants établis à Ath et renforcent ainsi l’économie locale. Environ

    10.000   solatois   sont   déjà   en   circulation,   ce   qui   montre   que   les   citoyens « consomm’acteurs » trouvent eux aussi du sens à cette démarche !

    Demain-le-film petite.jpg

    Les propos de Rob Hopkins seront simultanément traduits en français par Vincent Blancquart (Coop Translations) et Frauke Scheller (Ath en Transition).

    En partenariat avec Réseau Transition et Financité, le SolAToi vous invite à une conférence de Rob Hopkins :

    1696747692.jpg

    « Monnaies locales et transition »

    Quand ? Le dimanche 24 mars à 15h00.

    Où ? Auditorium du Château Burbant, rue du Gouvernement, à Ath.

    Réservations Uniquement via le site SolAToi.

    Tarifs : 15€ (prix plein) - 10€ (membres de l’ASBL SolAToi) - 5€ (étudiants et allocataires sociaux, sur base d’un justificatif à l’entrée) - 20€ (soutien au SolAToi). Et ensuite ?

    Dès 17h30, apéro ambiance folk.

    Exposition « Monnaies locales de Wallonie » (entrée libre).

    Dès 18h30, souper ‘veggie’ par La Petite Gantoise. Au choix, Quiche & salade + pain ou Chili sin carne + pain. Prix : 8€

    affiche-anniv-800.jpg

     

  • Ath: Le Cercle d’Histoire et d’Archéologie publie le tome 66 de ses Annales

    IMG_0148.JPGLe Cercle d’Histoire et d’Archéologie d’Ath et de la région publie le tome 66 de ses Annales. Cet ouvrage présente de nombreux aspects de l’histoire régionale avec la participation d’historiens et chercheurs.

    Ancien professeur de latin à l’ULB, Carl Deroux a étudié l’origine du nom d’Ath. Contrairement à ce qu’on écrit généralement, ce toponyme est bien d’origine latine et témoigne de la proximité de la paroisse primitive avec la Dendre orientale. L’étude fait allusion, pour comparaison, avec les noms de nombreuses localités de la région, comme Bouvignies, Ormeignies, Irchonwelz, Aubechies, Ostiches, Beloeil, Ligne…Des rapprochements sont aussi faits avec le village d’Eth dans le nord de la France. Une belle étude originale et très solide.

    L’historien Robin Moens s’est intéressé à la statue de la vierge de Villers-Notre-Dame et aux origines du village (1126-1143) liées notamment à l’abbaye de Ghislenghien. Il fait revivre tout un aspect de l’histoire régionale au 12e siècle.

    Michel Deltenre analyse la transformation en fief des terres de Lessines et Flobecq en 1230. Le même historien présente la chasse aux sorcières dans les Terres de Débat de 1575 à 1622. Tous les cas sont examinés avec précision et replacés dans leur contexte national et international.

    IMG_0153.JPG

    Catherine Broué, professeur à l’université du Québec travaille, depuis de nombreuses années sur les écrits du père Louis Hennepin. Elle a publié en 2012, une édition de la Nouvelle Découverte. Avec Adrien Dupont, archiviste de la Ville d’Ath, la chercheuse revient sur l’identité du moine récollet, né à Ath, dont les deux auteurs situent la naissance en 1640.

    Maud Robert, jeune historienne athoise, a étudié la garnison installée à Ath dans la deuxième moitié du 18e siècle. Ce gros article, au croisement de l’histoire militaire et urbaine, fait découvrir de nombreux aspects inédits de la vie locale à la fin de l’Ancien Régime.

    Le culte de Notre-Dame de Tongre est présent à Mons dans la collégiale Sainte-Waudru et lors de la procession. Noémie Petit, historienne de l’art étudie un retable néogothique du début du 20e siècle qui s’inspire de la statue romane de Notre-Dame de Tongre (11e siècle).

    Jean-Pierre Ducastelle, président du Cercle consacre un gros article au développement des industries textiles à Ath du 19e au 20e siècle. Succédant au commerce de la toile et de la laine, les filatures et tissages de soie, de toile ou de jute ont occupé plus de 500 ouvriers au début du 20e siècle dans la cité de Goliath.

    Infos

    L’ouvrage de 334 pages, abondamment illustrées, est disponible au prix de 20€ aux Archives de la Ville d’Ath ou à la Maison des Géants. Il sera envoyé moyennant versement de 25€ au compte BE41 068054813010 du Cercle. Après le 30 juin 2019, le volume sera vendu 25€. (30€ avec les frais d’expédition). Il est distribué gratuitement aux membres du Cercle en règle de cotisation pour 2017 et 2018.

    courriel : musee.d.histoire@ath.be.

  • Ath: Après la boule pourquoi pas le cube ?

    VIVAFORLIFEATH.jpgChaque année, depuis maintenant 6 ans, une semaine avant Noël, « Viva for Life » (RTBF) s’installe au cœur d’une ville de Wallonie pour un marathon de solidarité en faveur de l’enfance précarisée pendant 6 jours et 6 nuits. Le « Viva For Life Tour », qui précède la grande soirée de clôture des dons, faisait escale dans cinq villes wallonnes. La ville d’Ath avait été sélectionnée cette année pour être l’étape du samedi 22 décembre. Cela a été la foule des grands jours quelques jours avant Noël.

    Du coup, ce succès populaire a donné une idée au nouveau bourgmestre Bruno Lefèbvre, celle de présenter la candidature de la Ville pour accueillir le cube de « Viva For Life » :« Notre ville est candidate. Durant la semaine ou le Cube était à Nivelles, je me suis déplacé avec des membres du collège et aussi du service technique. Lors de notre visite, nous avons rencontré les responsables de la RTBF. Nous voulions nous rendre compte ce qu’impliquait cette fête de la solidarité. Le déploiement est gigantesque, mais nous sommes intéressés ».

    Plus d'infos en vidéo ou le Bourgmestre avance des arguments pour la candidature de la cité des Géants

  • Ath: Ce dimanche, le père shoufani concélébrera la messe à l’église St-Julien

    IMG_0725.JPGCuré du village de l’enfance de Jésus, le Père Émile Shoufani est internationalement connu pour avoir organisé en 2003 un voyage à Auschwitz-Birkenau, rassemblant des musulmans, des chrétiens, des juifs, israéliens, palestiniens et européens ; un geste fort, gratuit et audacieux, un acte de mémoire témoignant de la capacité de tout homme à comprendre la blessure de l’autre, sans rien exiger en retour. Un geste qui a valu au père Émile le Prix Unesco pour la Paix et un doctorat honoris causa décerné par l’Université catholique de Louvain.

    Le dimanche 16 décembre, le père shoufani concélébrera la messe de 11 h à l’église St-Julien à Ath

  • AthLe Cercle royal d'Histoire et d'Archéologie accueille Nathalie Demaret docteur en histoire

    imagesN06QU3FT.jpg

    Des artisans du châtiment : nouveaux regards sur les maîtres des hautes œuvres dans les anciens Pays-Bas (ca.1350-ca.1570) depuis l’exemple du Brabant et du Hainaut, par Nathalie Demaret, docteur en histoire, responsable des secteurs Archives, Héraldique, Sociétés archéologiques à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Au cours de cette conférence, l’oratrice va dresser une première synthèse largement documentée de la vie et des pratiques des artisans du châtiment au tournant du Moyen Âge et des Temps modernes, qui soit affranchie d’une conception « héritée » et teintée de romantisme et de fantasme du personnage.  Au départ du Brabant et du Hainaut, et en particulier de la châtellenie d’Ath, cette recherche met au jour les subtiles évolutions à l’œuvre tant dans l’administration des châtiments que dans l’organisation des exécuteurs en réseaux familiaux, professionnels et d’apprentissage ; ainsi que la façon dont ces acteurs évoluent au cœur des jeux et enjeux de pouvoir entre les différentes autorités qui recourent à leurs services.

     

    0a0e22ba-a25d-4ed3-b511-5f8cf68cd170.jpg

    Elle espère ainsi offrir un nouveau regard, plus nuancé, sur cet acteur particulier. 

    Infos

    La conférence se tiendra à la Maison des Géants, rue de Pintamont , 18 à Ath ce 15 décembre à partir de 15h

  • Ath: D’ici quelques semaines, le Juge de Paix athois Pierre Papleux prendra sa retraite

    PAPLEUX ATH 1.JPG

    D’ici quelques semaines, le Juge de Paix athois Pierre Papleux prendra une retraite bien méritée. Homme de dialogue avant tout et grand humaniste, il a toujours donné la place à l’humain avant toute autre considération. Et il y a quelques jours, le personnel et sa famille, ses amis lui ont organisé une petite fête...

    Le juge de Paix, c’est un peu le confident des personnes vulnérables et comme il l’a souligné : « Je ne jouais jamais le chronomètre. Je prenais le temps plus que nécessaire à mon métier. » Nous l’avons rencontré.

    Depuis combien de temps êtes-vous juge de paix?

    J’occupe cette fonction depuis 27 ans. Mais avant, j’ai été juge de Paix du canton de Lessines. Une dizaine d’années plus tard, les cantons de Lessines et d’Ath ont fusionné mais avec toujours deux sièges. Les deux magistrats en place, feu Mme Delsinne et moi-même avons continué à gérer ensemble les cantons. Moi plutôt sur Lessines et Mme Delsinnne sur Ath. Et suite au décès inopiné de Mme Delsinne en 2010, j’ai repris les deux cantons qui regroupe plus de 68.000 habitants.

    On le sait, vous allez partir à la retraite mais que retiendrez-vous de toutes ces années passées au service de la justice des hommes ?

    IMG_4476.JPG

    Beaucoup de bonheur car c’est un métier que j’aimais beaucoup. Mais j’ai apprécié avant toute chose la proximité. La caractéristique d’un juge de paix c’est le contact humain avec les gens. Être juge de paix demande une grande disponibilité. De plus, c’est le travail de terrain qui me plaisait énormément. Et puis la rencontre avec des personnes, notre regard sur leur vie quotidienne. Quelques fois, j’ai accompli mon métier assis sur un coin de lit dans un home ou sur le coin de table d’une maison. Et c’est cette chaleur humaine qui m’a donné le plaisir de faire ce métier. Car avant tout, un juge de paix est là pour aider et protéger les gens dans leur vie de tous les jours, une vie qui est faite de hauts et bas.

    Même pour les juges de paix, la mutation est en marche ! Est-ce que le bureau de la justice de Paix d’Ath va subir des bouleversements ?

    Oui, le grand projet qui était que les bureaux de la justice de paix déménagent vers le château de Fer à Ath n’en est nulle part à ce stade! Il faut savoir que depuis le 1er juillet 2017, le siège de Lessines est fermé seul les archives y sont toujours entreposées. Mais d’ici quelques semaines, nos bureaux vont être déménagés au sein du Palais des Finances qui se trouve en face. Nous allons occuper un étage ou sera aménagé une salle d’audience. Mais tout cela devrait temporaire car le bail de ce bâtiment se terminera en 2024.

    Substitute du procureur du Roi, Mme Frédérique Barnich va succéder au juge Athois

    PAPLEUX ATH 2.JPG

     Catastrophe de Ghislenghien:

    « Je me devais de garder toute mon indépendance »

    1048326263.jpg

    Le 30 juillet 2004, les Athois se réveillent avec la catastrophe de Ghislenghien. Un drame dans lequel, le Juge de Paix, Pierre Papleux aura apporté toute son énergie. En effet, il a été président de l’ASBL « Association Solidarité Ghislenghien ».

     « Pour moi, cela a été une expérience extraordinaire. Il faut bien se rendre compte des circonstances. La catastrophe survient et plusieurs comptes bancaires de solidarité s’ouvrent. La population verse de l’argent pour les pompiers et les victimes etc… De plus, la ville d’Ath ouvre également un compte. Et pour cela, une ASBL a été créée et il fallait que celle-ci soit la plus indépendante possible. C’est ainsi que le secrétaire communale Marc Duvivier m’a demandé comme Juge de Paix de présider cette ASBL. »

    Un énorme défi. « En effet, je me devais de garder toute mon indépendance et ma neutralité vis-à-vis de la commune. La grosse difficulté aura été en plus de nos victimes locales, de gérer toutes les victimes qui se rendaient sur le site pour leur travail. »

  • Ath:Le Pape de l’Islam sunnite a félicité le Pape du folklore Athois

    Christian Cannuyer reçoit médaille cheikh al-Azhar.jpgDu 22 au 25 octobre , l’historien Athois Christian Cannuyer a été invité, en tant que directeur de l’association Solidarité-Orient, professeur à la Faculté de théologie catholique de Lille et spécialiste des relations islamo-chrétiennes, à une importante conférence internationale organisée au Caire (Égypte) par la prestigieuse Université islamique Al-Azhar.

    «  Ce congrès avait pour thème « l’Islam et l’Occident, diversité et intégration ». L’objectif était de dresser un état de la perception de l’Islam en Occident, à l’heure beaucoup de pays d’Europe comptent désormais d’importantes minorités musulmanes, au point que l’islam y est devenu la seconde religion en nombre de fidèles. »

    Christian Cannuyer a reçu des mains du Grand Imam Al-Tayyeb, la médaille d’or d’Al-Azhar, pour son activité scientifique et son engagement dans le dialogue islamo-chrétien

    Christian de nous éclairer du role d’Al-Azhar

    « Al-Azhar, qui promeut un islam « modéré » et veut combattre de front tous les radicalismes, avait convié pas moins de 12 anciens chefs d’État ou de gouvernement (dont notre ancien premier ministre Yves Leterme, actuellement secrétaire général de l’Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale)., et une poignée d’universitaires triés sur le volet, à débattre de ces problèmes devant un auditoire de plus d’un millier de jeunes étudiants en théologie musulmane, appelés demain à promouvoir un islam ouvert sur la diversité et hostile à toute violence. »

    L’Athois de conclure « Fondée au 10e siècle, Al-Azhar, qui compte le nombre impressionnant de 500 000 étudiants et scolarise en outre deux millions d’élèves du primaire et du secondaire en Égypte, s’affirme comme la plus haute autorité spirituelle et théologique de l’islam sunnite. C’est son recteur, Son Éminence le Grand Imam Ahmed Al-Tayyeb, en fonction depuis 2010, considéré comme une sorte de « pape » de l’islam sunnite, qui a pris l’initiative de cette rencontre internationale pour dénoncer l’amalgame fait en Europe entre islam et islamisme et condamner tous les groupes. »

  • Ath: le Cercle royal d'Histoire et d'Archéologie organise une conférence sur Léon Jouret

    105fd52c-866f-4468-83eb-2695aa0e0ad6.jpgA l’occasion du 190e anniversaire de la naissance de Léon Jouret (17/10/1828-06/06/1905), le Cercle royal d'Histoire et d'Archéologie d'Ath organise une conférence qui replacera le compositeur athois dans le contexte historique de l’époque, l’Indépendance belge sous l’aspect musical, et le rôle qu’il a tenu dans ce contexte.

    Emigré à Bruxelles, Léon Jouret est néanmoins resté au contact de sa terre natale où il a eu une certaine audience. A côté de la publication de 24 chansons traditionnelles du Pays d’Ath, il a également harmonisé le Grand Gouyasse pour piano et écrit une cantate pour l’inauguration de la statue d’Eugène Defacqz. Plusieurs airs musicaux interprétés par des artistes locaux baliseront la trame de l’exposé.

    Le conférencier est André VAN OEKEL, licencié en musicologie, membre de l’Association des conférenciers francophones de Belgique.

    Accompagnement musical : Miyaghi Osada, artiste lyrique, mezzo-soprano ; au piano : Tangui Catoire, directeur de l’Académie de Musique d’Ath.

    Exceptionnellement la séance se tiendra à l'Académie de Musique, salle Léon Dubois.

    Veuillez noter que la conférence sera précédée, entre 14 h et 15 h, d’un concert de carillon. Jean-Claude Molle interprètera un programme de 16 chansons du Pays d’Ath, recueillies et harmonisées par Léon Jouret avec la collaboration de deux écrivains (Gustave Lagye et Gentil Antheunis).

    Le carillonneur, n° 25 (Ath, 1861); 2. Cloques sounez la Toussaint, n°8 (Irchonwelz, 1856); 3. Les géants, n°13 (Ath, 1856); 4. Le violoneux, n°19 (Ath, 1857); 5. Vie rustique, n°10 (Isières et Lanquesaint, 1855); 6. La vache égarée, n°2 (Arbre, 1852); 7. Noël que chantait ma grand-mère, n°4, (Maffle, 1857); 8. Fin de Moisson (ronde champêtre), n°9 (Flobecq, 1855); 9. Chanson du tailleur de pierre, n°6 (Maffle, 1856); 10. Ducasse, n° 13 (Mévergnies, 1855); 11. Promenade, n° 14 (Ellezelles, 1868); 12. Les abandonnés, n°17 (Maffle, 1856); 13. La forge, n°18 (Attre, 1856); 14. La berceuse; 15. Ô sol natal, ô doux pays, n°6 (Maffle, 1857); 16. Les conscrits, n° 23 (Maffle, 1858).

    Ces chansons sont classées dans Léon Jouret, Chansons du pays d’Ath, Bruxelles, Schott frères, 1899 pour la plupart. Certaines (les numéros 3, 9) sont reprises dans Les Chants de l’école et de l’atelier, Bruxelles, Schott frères, s.d. (1897). Les adaptations au jeu du carillon sont de Géo Clément (2, 8, 14), Maurice Clément (3, 4, 6, 10, 11, 12, 13), Jean-Pierre Jorion (16) et Jean-Claude Molle (1, 5, 7, 9)

  • Ath: Espace Dialogue organise des expositions sur la tolérance et les solidarités

    Marc Dandoy.JPGA l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance se déroulant chaque année à la date du 16 novembre, l’Asbl « Espace Dialogue » (qui poursuit objectifs et orientations de « Ath 1573, mémoires pour l’Avenir ») organise son événement annuel autour du thème

    « Tolérance et Solidarités ».

    Espace Dialogue a pour but de promouvoir le dialogue interconvictionnel.

    « Il s’agit bien de découvrir, d’interroger, d’interpeller nos convictions particulières dans un esprit de tolérance et de respect réciproques en dépassant les simples « bonnes intentions ».Toute conviction se prolonge aussi dans « l’action » car « vivre ensemble », c’est aussi « construire ensemble »: la vie, l’humain nous poussent à dépasser nos différences sans les nier, mais à les reconnaître, les apprécier, voire même à les soutenir. » Explique Marc Dandoy président de l’Asbl «Espace Dialogue»

    Cette année l’événement sera particulier : chaque conviction présentera une exposition d’un engagement citoyen qu’elle mène auprès d’exclus et de rejetés du système.

    Es Di - Affiche 2018 Tolérance et Solidarités .jpg

    Face aux questions d’exploitation économique, de pauvreté, de migrations… des gestes d’accueil, de justice, de coopération, de solidarités seront présentés.

    Les expositions se tiennent mêmes jours, mêmes heures à Ath de 14 à 17h00 en novembre les samedi 17 et 24, dimanche 18 et 25, mercredi 21 et 28 et jeudi 22 et 29

    à la Maison de la Laïcité du Pays d’Ath (rue de la Poterne 1) , au Temple Protestant (rue des Ecriniers 6a) et à la Maison du Berger David (rue de Pintamont 36).

    L’entrée est gratuite ; une libre participation aux frais est possible.

    Un vernissage « itinérant » est organisé le vendredi 16 novembre de 18h à 20h15au départ de la Maison de la Laïcité à 18h00, en poursuivant par le Temple à 19h et en terminant à la Maison du Berger David à 19h45.

    Infos auprès de Marc Dandoy président de l’Asbl «Espace Dialogue» soir par courriel : marcdandoy50@gmail.com ou au 068/568.820