Entreprises Athoises - Page 2

  • Ath: La Brasserie " Le Mercier " recherche du personnel de salle!

    Img_7449.jpg

    La Brasserie «  Le Mercier » située sur Grand-Place à Ath recherche du personnel de salle (bar, salle, terrasse) motivé et sérieux pour renforcer l'équipe et servir à la Brasserie. N’hésitez pas à les contacter au 0499/056805 ou 068/553300 ou 0479/600526. (S’ils ne répondent pas tout de suite, laissez leur un message avec vos coordonnées et ils vous recontacteront). Vous pouvez également laisser un message sur leur page Facebook « Brasserie Le Mercier » ou alors vous rendre à la brasserie Athoise. 

  • Ghislenghien: L’entreprise Pranarôm triple ses exports au Canada

    pranarom-44.png

    En un an, l’entreprise Athoise( Ghislenghien) Pranarôm, productrice de produits d’aromathérapie scientifique, a plus que triplé son chiffre d’exports au Canada, passant d’un chiffre d’affaires local de 100.000 à 350.000 euros entre 2014 et 2015. « Grâce aux affinités culturelles et à sa taille, le Canada reste un marché d’opportunités pour les entreprises et PME belges, l’accord économique et commercial global négocié entre l’Europe et le Canada (CETA) devrait faciliter encore davantage ces échanges. La Commission Européenne décide aujourd’hui si cet accord sera envoyé pour approbation au Conseil de l’Union européenne ainsi qu’au Parlement européen. » Explique Pascal Debauche, directeur du développement international pour Pranarôm

    Pranarôm : une croissance nourrie par l’exportation des produits belges. 

    316-Pranarom-International.jpg

    Pranarôm vend des huiles essentielles chémotypées 100 % pures et naturelles ainsi que des produits finis à base d’huiles essentielles depuis 1991. L’entreprise belge conditionne toutes ses huiles ou mélanges d’huiles dans son quartier général à Ghislenghien, en Belgique.

    « Au Canada, les thérapeutes ont une capacité de prescription et peuvent émettre des ordonnances pour des huiles essentielles, c’est la raison pour laquelle ce marché canadien est stratégique pour l’entreprise ghislenghiennoise. A l’heure actuelle, les exports canadiens ne représentent cependant pourtant que un demi-pourcent des exports de l’entreprise Pranarôm dont le chiffre d’affaires, en croissance à deux chiffres depuis plus de 10 ans, est constitué à 90 % des recettes de l’exportation. » Conclut le Directeur du développement international pour Pranarôm

    Ce chiffre croît cependant exponentiellement : le chiffre d’affaires au Canada est passé de 100.000 à 350.000 euros en un an.

    Pourquoi exporter ? Le marché belge étant petit et donc limité en termes de clients potentiels, il est difficile d’augmenter son chiffre d’affaires en se concentrant sur lui seul.

    lavande-vraie-huile-essentielle-pranarom.jpgPascal Debauche, directeur du développement international pour Pranarôm, explique : « Pour nous, et je sais que c’est le cas de beaucoup de PME belges, l’exportation est nécessaire à la croissance de l’entreprise. Les initiatives européennes visant à faciliter le commerce sont un moteur essentiel pour l’économie belge. »

    Le Canada : un marché porteur pour les PME belges, bientôt rendu plus disponible

    Le Canada est un pays belgophile dont la culture est très proche de la culture belge.

    Les huiles essentielles bio de Pranarôm ont pour cette raison particulièrement de succès du côté francophone (culturellement les Québécois sont beaucoup plus ouverts aux propriétés curatives des huiles), même si elles commencent à se vendre de plus du côté anglophone.

    Si la culture et la taille du marché fait du Canada un pays d’exportation stratégique pour les PME belges, il existe actuellement encore des barrières aux échanges comme par exemple les frais de douane et les taxes qui empêchent les entreprises, dont Pranarôm, de pleinement profiter de ce marché.

    Pranarôm fabrique plusieurs centaines de produits, dont près d’une centaine est actuellement dynamisée commercialement au Canada. Certains de ses produits-phares ne peuvent pas encore y être déployés car ils sont en cours d’examen par les autorités régulatrices locales en matière de santé.

    Pascal Debauche ajoute : «Je me réjouis du renforcement de la coopération réglementaire entre nos deux pays, qui pourrait permettre d’accélérer notre croissance sur le marché canadien, essentiel pour nous. Grâce à l’accord à venir, les entreprises comme la nôtre pourront beaucoup plus rapidement s’engager dans un marché canadien, très ouvert aux produits belges. »

    L’accord commercial en préparation entre l’Union Européenne et le Canada va éliminer tous les droits de douane, ce qui permettra aux exportateurs européens d’économiser environ 470 millions d’euros par an.

    Les exportations européennes à destination du Canada représentaient au total 31,7 milliards d’euros en 2014. Parmi les pays de l’UE, la Belgique est le 6ème exportateur vers le Canada avec une valeur d’exportations chiffré à environ 1,9 milliards d’euros.

    A PROPOS DE PRANARÔM

    Pranarôm International SA est un laboratoire d’aromathérapie scientifique et médicale fondé en 1991 par Dominique Baudoux, pharmacien aromatologue mondialement connu et apprécié pour ses ouvrages sur l’aromathérapie. Depuis lors, l’entreprise a grandi pour devenir une référence en termes d’aromathérapie scientifique et médicale, qui compte 5 implantations et filiales (deux en Belgique dont le quartier général, en France, Espagne et Italie) et emploie 180 personnes. En 2010, Pranarôm a reçu le ‘Prix Wallonie à l’exportation’, remis par le ministre Wallon du commerce extérieur. 

  • Ath: Une journée Portes Ouvertes à la station d’épuration d’Ath

    2014 05 10 - Photo PO step Ath.jpgIpalle vous invite à découvrir la station d'épuration et la dalle de compostage d'Ath, le samedi 10 mai prochain. Des visites et des animations pour les enfants seront programmées tout au long de la journée. L’entrée est gratuite !

    Prendre une douche, laver la vaisselle... Que deviennent les eaux usées ?  L’intercommunale Ipalle propose aux petits et grands de découvrir l’assainissement des eaux lors d’une journée portes ouvertes à la station d’épuration d’Ath, l’une des plus importantes de son réseau d’exploitation.Le personnel guidera les visiteurs à la découverte du processus d’épuration mais aussi du traitement opéré sur les curures d’avaloirs, valorisées en sable pour les sous-fondations de voiries... La visite se prolongera par la découverte de la dalle de compostage, dont le hall jouxte la station d’épuration. Capture3.JPGInaugurée en 2012, celle-ci permet de traiter 10.000 tonnes de déchets verts par an et ainsi de les transformer en compost.Des animations seront également proposées tout au long de la journée. L’asbl Adalia proposera un stand consacré à l’éco-jardinage et aux solutions alternatives aux pesticides. Les enfants pourront quant à eux repartir avec un mini-kit de coccinelles composé de larves et de la nourriture nécessaire à leur développement ! Un concours leur donnera aussi une chance de remporter le jeu de société réalisé par Ipalle « 1.000 questions pour la planète ».

    Portes ouvertes à la station d’épuration et à la dalle de compostage d’Ath (66, chemin des Peupliers) : samedi 10 mai de 10h à 16h. Entrée gratuite.

     

  • Ath & Floridienne: " Nous sommes cependant un peu déçus "

    FloridienneAprès une demande de réorganisation judiciaire, accordée en mars dernier par le tribunal de commerce de Tournai, la SA Floridienne Chimie d’Ath a introduit, vendredi, une demande de prolongation du sursis afin de pouvoir examiner correctement les diverses offres de reprise, a-t-on appris vendredi auprès de la direction et des syndicats.Un conseil d’entreprise extraordinaire s’est tenu vendredi, entre 9h et 13h, au sein de Floridienne à Ath. Lors de cette réunion, qui a mis en présence les représentants de la direction et le front commun syndical, Me Catfolis et Me della Faille, mandataires de justice, ont présenté les diverses offres de reprise qui leur ont été déposées.»Aucun nom de société n’a été cité. Parmi les nombreuses offres, sept 2197721636_2.jpgdossiers «sérieux», examinés en profondeur, ont été présentés par les mandataires. Visiblement, l’objectif n’est pas de cacher des choses mais bien de présenter et de garantir une offre valable.

    « Nous sommes cependant un peu déçus dans la mesure où nous ne savons toujours rien. Vu la complexité de réunir en une fois tous les travailleurs, une assemblée générale du personnel ne se tiendra que mardi prochain», expliquait Xavier Tanghe, permanent de la FGTB pour la Wallonie Picarde.

    «Notre 1er sursis allait jusqu’au 10 mai prochain. La requête de prolongation qui a été déposée ce jour a été introduite par notre société, non par les mandataires, sur base des éléments qui étaient en notre possession. Il appartient à présent au juge du tribunal d’examiner les offres et de nous accorder, ou non, une prolongation», nous a précisé Simon Vlajcic, le directeur de Floridienne Chimie. Avant toute décision de la justice, la direction et les syndicats ont décidé de se revoir lors d’une prochaine réunion le 22 mai prochain ( Source Nord-Eclair

  • Ath & Floridienne : " Le travail ne reprendra que ce lundi matin "

    3543425549.jpgL’assemblée des travailleurs de la Floridienne vient de se terminer «  Nous avons posé une question aux travailleurs : Soit une reprise du travail pour ce vendredi ou une prolongation de la grève jusque lundi. Plus de 60 % des employés et ouvriers ont voté pour la prolongation. C'est-à-direque le travail ne reprendra que ce lundi matin. »  Souligne le Permanent de la FGTB,  Xavier Thanghe. En qui concerne les salaires, ils sont garantis pour les mois de mars et d’avril. Pour la suite, c’est encore l’inconnu! Plus d'infos ICI

  • Ath: " Ils ont l’impression d’être les victimes d’un système "

    1628749341.jpgIl y a quelques semaines, le tribunal de Commerce de Tournai a donné son accord pour une procédure de réorganisation judiciaire pour la Floridienne Chimie à Ath. Cette mesure devrait permettre d'examiner des pistes de reprises. Mais beaucoup en doute.

    On sentait que les travailleurs allaient lever le pied et c’est chose faite depuis ce matin. En effet, depuis 5heures du matin, employés et ouvriers se sont mis en grève pour une durée de 24h. En fin de journée, les permanents syndicaux de la FGTB et CSC feront une évaluation avec les travailleurs pour les actions futures comme le souligne Xavier Thanghe de la FGTB : « Les travailleurs ont interpellé les patrons de la Floridienne Chimie en leur demandant si le groupe rependrait les travailleurs qui seraient laissés sur le carreau en cas de fermeture ? Ils nous ont répondu que par la procédure de réorganisation judiciaire, il y avait un conflit d’intérêt et qu’ils ne pouvaient pas intervenir ! Nous ne demandions pas un document officiel, mais simplement une marque de 2197721636.jpgrespect envers ces gens ! Même cela les patrons de la Floridienne ont refusé. Les travailleurs sont en colère car ils ont l’impression d’être les victimes d’un système ou tout est déjà réglé». Il vrai que la dernière information que les travailleurs ont reçu leur a été envoyée via un mail. Comme dialogue, on ne pouvait faire mieux ! Depuis, les patrons de l’entreprise reste muets et font le mort. Le Permanent de la CSC Paul Delaive ne nous dira pas le contraire : « Nous sommes toujours dans l’expectative sur la question que nous avons posée au groupe de l’entreprise c’est-à-dire qu’en cas de reprise partielle de la Floridienne Chimie, est-ce que les travailleurs qui restent pourraient bénéficier d’un plan social ? Jusqu’à présent nous n’avons reçu aucune réponse». C’est vraiment indécent pour les travailleurs !

    Hier soir, les patrons de la Floridienne ont pris contact avec la délégation syndicale et ont signifié « Qu’ils restaient sur leurs postions ». Ce matin, les travailleurs se réunissent et ils prendront position sur les actions futures ! Par ailleurs, lors de cette assemblée, un mandataire de la justice viendra expliquer aux travailleurs la procédure de réorganisation judiciaire. Plus d’infos dans l’après-midi!

  • Ath: Les travailleurs de la Floridienne sont en colère

    708484583.jpgL’entreprise Athoise « Floridienne Chimie » est en grève pour 24heures. Ce matin, il était déjà une cinquantaine à bloquer les portes de l’entreprise. Il y a quelques jours, les travailleurs ont interpelé les Ministres, Demotte et Marcourt mais ces derniers n’ont pas répondu à leurs échos… Aujourd’hui, les travailleurs (re)lancent un appel…..ci-dessous leur lettre. Voir nos articles precedents sur l'entreprise Athoise 1,2,3

    FLORIDIENNE.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    FLORIDIENNE2.JPG

     

     

     

  • Ath: " Pendant ce temps-là, Monsieur fait du ski "

    470387862.jpgLe mercredi 19 février se tenait une assemblée générale

    de la Floridienne Chimie S.A. et les dirigeants de l’entreprise

    athoise tenaient ses propos: « Face aux perspectives économiques

    très négatives de l’entreprise, la direction de Floridienne Chimie a annoncé en Conseil d’Entreprise extraordinaire ce mercredi 19 février son intention d’introduire, devant le Tribunal de Commerce de Tournai, une Procédure de Réorganisation Judiciaire (PRJ) par transfert

    sous autorité de justice, dont l’objectif est d’assurer le maintien en activité du site et partant de préserver le plus possible d’emplois », a-t-on entendu. Ce lundi, le tribunal de Commerce de Tournai a donné son accord pour une procédure deréorganisation judiciaire. Cette mesure permettra d'examiner des pistes de reprises. Mais beaucoup en doute. Comme cet employé qui préfère garder l’anonymat : « Il faut bien dire 2431985123.jpgque l’ambiance est très lourde car nous venons travailler avec des pieds de plomb. Nous arrivons avec cette épée de Damoclès qui pèse sur notre tête et nous retournons avec elle le soir. Il faut dire que les patrons ne nous disent pas grand-chose.

    Nous apprenons les choses soit par des rumeurs ou par d’autres voies ».  Et l’ouvrier-délégué de la FGTB Fabian Cornil ne dit pas autre chose : « Ce matin, tous les délégués de l’entreprise ont reçu un courriel pour nous avertir de l’accord du tribunal du Commerce. Le boss n’a même pas pris la peine de convoquer son personnel. Pendant ce temps-là Monsieur fait du ski alors que nous sommes en pleine procédure  judiciaire. Incroyable ! Je ne vous dis pas que les ouvriers sont très remontés. Je ne suis pas certain que les négociations vont calmer les travailleurs. On peut penser que le conseil de ce vendredi sera déterminant pour nos actions futures. Il ne faut pas être voyant pour voir l’ambiance qui règne au sein de l’usine ». Et dire que 130 emplois sont en enjeu !