Ath:La ville pense à ses batraciens..

Coye-la-Forêt_-_Panneau_migration_amphibiens.jpgChaque année, vers les mois de février et mars, les batraciens se déplacent de leur lieu d’hibernation vers le milieu aquatique où ils se reproduisent.

Cette migration « prénuptiale » s’effectue après la tombée du jour, par temps assez doux (à partir de 6 – 7°C) et généralement humide. L’animal s’oriente toujours vers son lieu de naissance.

Si une route sépare son lieu d’hibernation du lieu de reproduction, sa migration « prénuptiale » devient un périple dangereux, voire souvent mortel.

Plusieurs voiries concernées

Rue de la Tannerie,

Chemin Vert

Chemin des Bosses,

Rue de l’Egalité,

Chemin du Quesnoy,

Chemin des Bragues,

Chemin du Chasteler,

Chemin du Rénowelz,

Rue du Moulin à Eau,

Chemin Petit Marais

Chemin du Pic de l’Esquinterie,

Rue Lucien Raulier,

Chemin de la Cocampe,

Chemin de Commont,

Rue de l’Epinette.

Ces zones de migration sont signalées par un panneau bien reconnaissable.

Merci aux automobilistes qui, à l’approche, des zones de migration des batraciens, réduisent leur vitesse à 30 KM/H !

Vous pouvez aussi être utile

Pour les aider à traverser, vous pouvez les ramasser d’un côté de la voirie et les relâcher de l’autre côté. Si vous menez une telle action de sauvetage, n'hésitez pas à vous faire connaître auprès de la Ville (environnement@ath.be) et à vous inscrire sur le site www.batraciens.be qui vous fournira des conseils pour agir en toute sécurité.

La première cause de déclin ou de disparition des populations de batraciens est le trafic routier. La destruction de leur habitat joue également un rôle indiscutable tout comme la pollution des eaux et des sols.

Commentaires