Ath: L’Association des Commerçants et Artisans craint pour son futur

IMG_5433.JPGVia un communiqué de l’Association des Commerçants et Artisans ,celle-ci ne voit pas son futur d'un bon oeil...

" Lors du conseil communal de ce lundi 25 mars 2019, les tarifs d’occupation des salles communales ont été abordés et plus particulièrement les frais de location du CEVA demandés à l’ACA pour sa foire commerciale.

Il a été annoncé que notre ASBL était prévenue depuis longtemps du changement des accords prévus entre la Ville et l’Association des Commerçants. Nous avons effectivement eu une réunion en décembre suite à laquelle un courrier nous est parvenu, stipulant que dorénavant, des frais de location de 2200 € nous seraient demandés, en sus des charges.

La foire commerciale s’organise 1 an à l’avance. Les exposants ont reçu les tarifs de location en mars 2018. Il était par conséquent impossible pour nous de tenir compte de ces frais supplémentaires réclamés contre toute attente, décidés quelques semaines seulement avant notre événement. Nous avons transmis à la Commune un courrier demandant s’il était possible de revoir la position du collège et à ce jour, nous attendons toujours une réponse.

Nous tenons à rappeler que lors de la construction du CEVA, une partie a été financée par l’Association des Commerçants et qu’à ce titre, un accord existe depuis de nombreuses années pour que nous soyons dispensés de frais d’occupation de celui-ci dans le cadre de notre foire commerciale annuelle. Nous trouvons regrettable que le collège fasse fi de cet accord aujourd’hui.

IMG_5409.JPGNotre association a toujours eu pour premier objectif de renforcer l’attrait commercial de notre ville, de soutenir ses commerçants et artisans, en y organisant notamment des animations et activités culturelles qui ne pourraient être assumées entièrement par l’administration communale. Lors de la foire commerciale nous mettons à disposition des stands gratuits pour différentes ASBL ainsi qu’un stand pour promouvoir le travail des services communaux et de leurs forces vives. Si nous devons payer désormais une location,

il ne sera plus possible pour nous de le faire. Les bénéfices de cette foire sont en effet réinvestis en grande partie dans les animations du centre-ville, notamment lors des fêtes de fin d’année et de la Ducasse d’hiver, qui à elles seules représentent un investissement très important. Lorsque l’association n’aura plus les moyens de financer toutes ces animations, la ville aura-t-elle les moyens humains et budgétaires de les assumer ?

Un autre point a également été abordé lors de ce conseil communal : la problématique des buvettes lors de la ducasse d’Ath. Nous sommes conscients qu’il faut régulariser la situation et réguler le nombre de débits de boissons. Toutefois, la classification du secteur HORECA opérée par la ville, consistant à séparer les cafés et tavernes - dont le core business est la vente de boissons - des restaurants et snacks est-elle parfaitement logique ? Un restaurant qui vend également des boissons doit-il être empêché de travailler pendant la ducasse ? La réponse de la ville est qu’ils peuvent très bien servir à l’intérieur de leur établissement, ce qui n’est pas envisageable dans la plupart des restaurants pour des raisons logistiques et sanitaires, et qui se traduira immanquablement par une baisse marquante de leur chiffre d’affaires. Est-il vraiment nécessaire de créer une telle scission au sein du secteur Horeca en pénalisant une dizaine de commerces, alors que simultanément on autorise une multitude d’ASBL et Service clubs à tirer parti d’un public toujours plus nombreux ?

Il nous semble que le soleil peut véritablement briller pour tout le monde, y compris les acteurs du secteur Horeca dans leur globalité, qui paient des taxes et des charges toujours plus importantes, et participent activement à l’essor de notre belle ville 365 jours par an."

Commentaires