Isières: Pour les Ecolos ce projet est très flou et manque de transparence.

Capture.JPG

Lundi soir, au conseil communal, les mandataires ont évoqué l’avenir de la société de balle pelote d'Isières, la Royale Fraternelle Isières. En effet, jusqu'au 30 septembre dernier, elle bénéficiait de l'infrastructure du café ainsi que des vestiaires aménagés dans une annexe du bistrot. Le propriétaire a décidé de faire évoluer son commerce vers une autre activité, comme l’a expliqué le bourgmestre Marc Duvivier : « La salle de réunion et de réception est inutilisable par le conseil d'administration et les joueurs du club. Des contacts ont été pris avec la famille propriétaire pour négocier une mise à disposition d'une longue durée (26ans) pour les locaux qui se trouvent derrière l’estaminet. La convention d'occupation prévoit une location et l'autorisation de réaliser les travaux d'aménagements, d’une buvette, salle de réception et de réunion ainsi qu'un endroit pour stocker les réserves et le matériel ». Par ailleurs, la ville octroiera un subside de 50.000€ (l’équivalent de 2.000€ de subsides sportifs par année de location) pour que le club ballant puisse réaliser les travaux d’aménagement. « Cette décision permettra de finaliser les différentes conventions mais encore de donner le feu vert à la société ballante pour la réalisation des plans d'aménagements et la recherche d’entreprises locales qui feront en sorte que pour fin février, les locaux soient aménagés. Tous les frais, droits et honoraires de l'acte seront à charge de la Ville », explique le maïeur. « Après la fin de l’occupation ballante, qui se déroule d'octobre à février, le propriétaire pourra utiliser le bien sous les responsabilités communes de la société et de la famille. Le propriétaire du lieu créera un espace convivial où seront implantés des billards, jeux de société ». Jessica Willocq du groupe Ecolo a soulevé un point important : « Est-ce que les villageois pourront l’utiliser gratuitement ou le patron pourra-t-il exercer une activité lucrative ? » « Nous allons louer cet ensemble pour un euro symbolique et si le propriétaire en retire un quelconque bénéfice, nous n’allons pas nous en formaliser, que du contraire », a répondu Marc Duvivier. Néanmoins pour les verts ce projet est très flou et manque de transparence.

Commentaires