Les trolls Athois - Page 2

  • Ath: L'Athois Christian Cannuyer a rencontré le Pape François 1er

    CC+PAPEFRANCOIS.jpgL’historien Athois,  Christian Cannuyer a rencontré le Pape François 1er. Les participants ont rencontré le Pape François. Dans son discours, " Il a souligné qu’il observait une progressive prise de conscience sur la situation subie par les chrétiens d’Orient : les yeux se sont ouverts sur le danger qui menace la présence millénaire des chrétiens au Proche-Orient. » Nous dit M. Cannuyer. Il a aussi accordé une interview à la Radion Vatican ! Ecoutez-le en cliquant ICI ou ci-dessous
    podcast

  • Ath: L’Athois veut apporter sa solidarité envers les népalais

    RETOURFOHAL4.JPGLe Népal est actuellement au cœur de l'actualité avec ces épisodes sismiques qui se succèdent. On recense malheureusement déjà plus de 8000 victimes. « Notre groupe de trekkeurs et d'alpinistes a eu l'occasion de se rendre compte des dégâts occasionnés par le tremblement de terre du 25 avril, notamment dans le petit village de Séduwa. L'école du village est particulièrement touchée, ainsi qu'une quarantaine de maisons. Plus de 400 enfants de Séduwa et des villages environnants n'ont plus la possibilité pour l'instant de poursuivre leur scolarité. Cette école a été construite par l'association française Makalu 2008, en hommage au sherpa Nil Gurung, décédé lors de cette expédition en 2008». Jean-Luc de poursuivre « Lors de notre visite à cette école sinistrée, nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec un instituteur ainsi qu’avec le directeur de l'établissement, ce qui nous a profondément bouleversés. Ils portent en nous beaucoup d'espoir pour mobiliser de l'aide extérieure ».  Alors, en concertation avec les responsables de l'association Makalu 2008, fondatrice de l'école, ils ont pris l'initiative de les soutenir financièrement en vue d'une reconstruction future, prévue en octobre prochain.

    Infos :

    Association : Makalu 2008

    N° de compte : BE81 1262 0148 3824

    BIC/ CPHBBE75

    Indiquez en communication : Action 25/04 Ecole Séduwa

     

  • Ath: Le Grand noir, est-il devenu la bête noire de Jean-Luc Fohal ?

    RETOURFOHAL1.JPGIl y a quelques jours, L’Athois Jean-Luc Fohal est revenu de son expédition au Népal. En effet, l’Athois était parti à l’assaut du Makalu et cela pour la seconde fois. Mais suite aux événements, l’expédition a du se résoudre à rebrousser chemin. Cette ascension aurait dû être le sommet de sa brillante carrière mais l’homme est revenu déçu de cette expédition. La Makalu qui veut dire « Le grand noir » serait-il devenu la bête noire de l’Athois ? Mais son retour sur le Makalu ne se fera pas pour toute suite.

     De retour, nous avons rencontré Jean-Luc !  

    Est-ce que sportivement, l’ascension du Makalu est une déception ?

     Oui c’est clair, c’est une grosse déception ! Mon objectif et celle de l’équipe était de gravir le cinquième sommet au monde. Personnellement, c’était ma deuxième tentative. Au niveau alpinisme, nous n’étions pas très haut enfin, c’est une façon de parler, nous étions à plus de 6.000 mètres d’altitude. Et nous étions au camp 1 de notre expédition. 

    Est-ce uniquement le séisme qui vous a poussé à arrêter où y-a-t-il eu d’autres événements ? 

    Vous savez, nous sommes une équipe et nous travaillons avec des sherpas de haute altitude et ils nous aident à nous installer sans oublier qu’ils sont nos guides. Il faut savoir que ces sherpas vivent dans la vallée dans lequel nous avions notre premier camp de base. Et quand le tremblement de terre a eu lieu, ces hommes avaient envie d’avoir des nouvelles de leur famille. Ces sherpas auraient voulu renter en contact mais c’était impossible, puisque toutes formes de communications étaient coupées. 

    Vous vous êtes donc trouver devant un fait accompli ? 

    Oui tout à fait. Au départ, ils voulaient laisser un petit temps avant de reprendre l’ascension du Makalu. Mais par la suite, tous les sherpas ont pris la décision collectivement de stopper. Et c’est très respectueusement que nous avons accepté leur décision. Du coup, notre ascension s’arrêtait brutalement.  

    SRETOURFOHAL2.JPGans cela aurais-tu atteint le sommet du Makalu ? 

    Nous étions bien en phase malgré le mauvais temps qui y régnait. De plus, tout se mettait bien en place pour que nous puissions atteindre le sommet. Nous étions tous très confiants pour la suite. Toutes les conditions étaient réunies pour réussir. 

    Malgré la déception, retenteras-tu l’expérience ?  

    Je ne sais pas, car, j’ai pris beaucoup de risques professionnellement et financièrement. Il faudra se remettre de cet échec et réfléchir. Mais si un jour je retente l’aventure, je n’organiserai plus d’expédition nationale. Je repartirai de manière plus individuelle et autonome comme je l’avais fait en 2011. 

  • Ath: L'Athois Jean-Luc Fohal a vécu de très prés, le tremblement de terre au Népal

    Capture 1.JPGDepuis le 5 avril, Jean-Luc Fohal et une équipe belge ont mis le cap vers le Népal. Rien que cela était déjà un événement, puisque la dernière tentative d’une expédition belge date de plus de soixante ans. « Pour moi, le Makalu, au même titre que le Manaslu, c’est vraiment un coup de cœur », explique Jean-Luc Fohal. « De plus, l’expédition sera vraiment belge avec autant de francophones que de néerlandophones. Ses membres ont beaucoup d’expérience dans les montagnes et cela changera par rapport à 2008 où là, la formation était internationale. » Depuis plusieurs jours, ils ont vécu au rthyme du tremblement de terre du Népal. Comme l’explique les communiqués de l’équipe Belge.

    Le 24 avril : «  Soudainement le sol commence à trembler sous nos pieds. Nous nous sommes précipités hors de la tente. Nous avons vu  des avalanches de neige et de rochers sur les pentes au fond du Makalu . De l’autre coté, nous avons pu voir quelques rochers qui tombaient mais tout cela était bien éloigné de notre camp.”  Selon deux Autrichiens “ la paroi principale entre ABC et le Camp 1 est partiellement effondré mais nous ne verrons cela que dans quelques jours. Pendant ce temps, nous avons ressenti quelques répliques. Tous les membres des autres expéditions sont en sécurité. Notre lien avec le monde extérieur ( via notre webmaster) nous a informé que l'épicentre n’était pas loin de Katmandou et que les dommages sont considérables. Ici, la vie continue.

    Capture.JPGLe 25 avril

    Aujourd'hui, c'est une journée pour ranger les débris et d'attendre anxieusement les prochains répliques. La nuit dernière, il y a eu quelques secousses de niveau 5. Vers midi, il y a eu une autre replique. Les gens marchaientt effrayés au milieu de la rue et attendaient avec anxiété la prochaine secousse. Plus tard, il a été annoncé que ce était une secousse d'un peu plus de 6 sur l'échelle de Richter.  Au sein de la region, personne n'ose ouvrir son magasin ou son restaurant. L'électricité tombe en panne en permanence. Nos pensées vont aux nombreuses victimes alors nos propres problèmes ne valent rien.

    Le 26 avril

    Aujourd'hui, Nous vivons une journée de repos. Ce dimanche, nous avons vécu une replique, elle etait aussi puissante mais la durée etait plus longue. Nous sommes surpris que le séisme n'a pas seulement causé des dommages au Népal mais aussi en Inde et au Bangladesh. Nous sommes si loin du monde réel que nous ne sommes pas conscients de tout ce qu'il s'est passé ... Toute l'équipe se porte bien.

    Les photos sont tirées du site:  http://www.makalu2015expedition.com 

    Vous pouvez les aventures de Jean-Luc Fohal et de ses amis sur le site suivant:  http://www.makalu2015expedition.com/news

  • Ath: Les manèges de foire d'hiver ont envahi l'Hôtel de ville

    MINIATURESATH1.JPGPlus de 80 manèges sont installés dans la salle des Pas Perdus. Jusqu’a ce dimanche, Philippe Durant, ancien forain, fait un tour dans le temps des foires d’hiver de la cité des Géants. Toujours aussi passionné pour le monde des kermesses, Philippe connait la plupart des attractions qu’il fabrique. Du grand art assurément. Un univers de miniatures qui est carrément géant… « Pour cette 90e foire j’ai voulu créer un décor de saison. C’est la foire d’hiver sous la neige. Il est vrai que c’est de saison. » Explique Philippe Durant. Pour cette exposition, Philippe a mis les bouchées doubles, en plus des anciennes photos de la MINIATURESATH2.JPGfoire, il a mis en valeur le métier de forains dans toute sa blanche splendeur « Il faut savoir qu’il y a plus de 80 pièces et qu’en grande partie, elles sont fabriquées par moi-même et les autres sont des maquettes qui ont été également montées par mes soins. Des pièces ont été achetées par des proches lors d’une fête ou l’autre. Souvent, elles viennent d’Allemagne. Comme par exemple, la fabrication du manège des autos-tamponneuses, il faut compter que cela m’a pris un mois de travail. » On ne peut oublier le coût d’un tel investissement « Il m’est impossible de vous dire le coût exact car ce village s’est construit durant plusieurs années et tous les ans, j’incorpore de nouvelles MINIATURESATH3.JPGmaquettes. » Pour cette exposition Philippe a mis deux jours pour monter ce champ de foire au sein de la salle des pas Perdus « Pour que cela ait du sens, il ne fallait pas installer tout cela n’importe comment. C’est une véritable kermesse mais en miniature. Il faut garder une certaine logique dans l’installation. » Souligne notre passionné. « Comme par exemple, le grand rocher qui accueille le téléphérique, cela m’a pris une journée de travail. On soulignera que ces manèges miniatures sont équipés d'un petit moteur électrique afin d'obtenir un mouvement MINIATURESATH4.JPGaléatoire. C’est un véritable champ de foire. Et de nombreux visiteurs présents ont été émerveillés de voir de si petites choses prendre vie…C’est cela la magie de Philippe . Retrouvez ICI toutes les photos de l'expo ou dans note album. Infos : Cette exposition a lieu encore lieu à l'hôtel de ville d'Ath, ce week-end de 10h à 18h . L’entrée est gratuite.

    MINIATURESATH6.jpg

  • Maffle: Le village perd sa plus ancienne figure!

    5GENERATIONS.JPGIl y a quelques jours, Mme Veuve Marie-José Bralion-Lecolier est décédée. Agée de 98 ans, elle est partie paisiblement entourée de l’affection de sa grande famille. Durant plus de 50 ans, Ils ont été (son mari François et Marie-José) agriculteurs a Chièvres. Veuve depuis 1997, Marie-José était fière de sa petite famille. La vie n’a pas été que joie pour le couple mafflou. En effet, le couple a perdu un fils. De cette union, il ne restait plus qu’Huguette. Aujourd’hui, ils pleurent tous la disparation, d’une maman, d’une grand- mère et d’une arrière-grand-mère. Ses funérailles auront lieu en l'église Ste Waudru de Maffle, le samedi 24 janvier à 9h30 à l'église. Un dernier hommage peut lui être rendu au funérarium Lumen à Maffle. Avec sa disparation, c'est un pan de l'histoire de Maflle qui se referme un peu plus. Notre blog présente leurs plus sincères condoléances

  • Ormeignies: Deux jeunes qui ont vraiment la patate dans les veines

    FRITMOBILEATH3.jpgAu sein de la cité des Géants, les Athois ont des idées qui roulent. Après l’athois Olivier Cardon qui avait créé un tout nouveau concept: le Food Truck, aujourd’hui, c’est au tour de deux jeunes, Céline Naveaux et de Vincent Nannan d’Ormeignies, d’avoir lancé « la Fritmobile».

    Depuis plusieurs mois, ces Athois sillonnent (presque) la belle Wallonie Picarde. Pour ces jeunes Athois, c’était presque un pari fou et aussi un coup de cœur comme nous l’explique Céline « Il faut savoir que nous avons travaillé dans l’Horeca durant plusieurs années. Par la suite, nous avons voulu créer notre projet. D’où notre concept qui nous croyons est original, la « Fritmobile ». Céline de poursuivre « Nous voulions une idée qui sortait de l’ordinaire mais aussi être proche des gens. Il est vrai que le job d’indépendants nous a toujours tentés. Il faut avouer que c’est Vincent qui a FRITMOBILEATH4.jpginsisté pour que nous nous lancions dans l’aventure et je pense que c’est une bonne chose ! On s’aperçoit qu’il existe de plus en plus d’ambulant et nous avons pensé que c’était le bon moment » Il est vrai qu’au départ, le couple Athois voulait créer une friterie fixe mais le budget était trop élevé pour eux d’où cette idée de friterie ambulante comme nous le dit Vincent « Je crois que les gens ont de plus en plus besoin de proximité et aussi de convivialité. Aujourd’hui, nous ne regrettons nullement d’avoir mis le pied dans ce métier d’ambulant ». Et on peut dire que le succès de ce concept a été très bien accueilli « On peut dire nous avons été surpris de l’accueil. Les gens sont contents de trouver ce style de commerce à proximité de chez eux. De plus, nous essayons de nous installer dans des endroits où il ne trouve pas grand-chose » souligne Céline.  

    FRITMOBILEATH5.jpgMais il a manqué de peu que le projet et leur rêve s’envolent en fumée « Notre premier endroit était Ladeuze ! Mais cela a été un peu folklorique car nous avons eu le feu dans notre camionnette parce que le technicien n’avait pas changé les gicleurs de la cuisinière. C’est grâce à ma compagne Céline qui avait senti une odeur dans notre véhicule et quelques instants plus tard on voyait des flammes. Plus de peur que de mal mais cela aura marqué notre première » conclut Vincent. On le sent, ces deux jeunes ont vraiment la patate des frites.

    FRITMOBILEATH6.jpg

     

  • Ath:Le comité Unicef Athois va fêter ses 30 ans d'existence !

    Unicef, Ath, anniversaire, 30 ans

    A l’occasion de ses 30 ans d’existence, le Comité Unicef d’Ath accueillera une exposition d’artistes amateurs ou confirmés autour des thèmes de la Maternité et des enfants du Monde. Photos,pastels,peintures à l’huile,aquarelles,sculptures seront exposées et proposées à la vente au profit de l’Unicef dans le cadre des fêtes de fin d’année en la salle des Pas perdus de l’hôtel de Ville d’Ath du 12 au 20 décembre.

    Une petite rétrospective des grands moments de notre comité complètera cette exposition.

    Unicef, Ath, anniversaire, 30 ansLa photographe Patricia Willocq sera aussi présente !

    Née en 1980 à Kinshasa où elle passe sa petite enfance, Patricia Willocq est retournée au Congo en RDC en mai 2013 pour y passer des vacances.

    Là elle a photographié une personne atteinte d’albinisme qui lui raconte sa vie. Quinze jours plus tard, les Nations Unies prenaient une résolution destinée à protéger les albinos. » Ce fut le déclic ».

    Son reportage « Blanc Ebène » a reçu une mention d’honneur au concours Unicef « Photo of the year Award 2013 » Son appareil de photo est son principal outil. »Parce qu’elle parle tout de suite, une image peut changer le monde, dit-elle .Beaucoup de médias aiment montrer le misérabilisme en Afrique, moi je veux montrer des photos positives d’intégration. »

    Les photos de Patricia Willocq sont également sélectionnées pour une édition spéciale d’un livre intitulé « we the children » publié par Unicef à l’occasion du 25ème anniversaire de la convention des droits de l’enfant.

    Après la Maison de la Culture de Tournai, le Comité Unicef d’Ath, avec l’aide de la Ville d’Ath, accueillera l’exposition de Patricia Willocq dans le cadre de cet anniversaire ainsi que celui des 30 ans de son existence sur le terrain athois.

    Cette exposition sera ouverte au public dès le 21 novembre jusqu’au 30 novembre inclus en la salle des Pas Perdus de l’hôtel de Ville grand place Ath, tous les après-midis de 14 à 17 heures ainsi que les matins de 10 à 12 heures le jeudi et les samedis.

    Une visite accompagnée est possible pour resituer l’exposition dans le cadre des droits de l’enfant et des actions d’Unicef Belgique au cours de l’année 2014.

  • Ath & Chièvres:Florence Bille est présidente de MAKE-A-WISH South.

    Makeawish1.jpgDepuis quelques jours, Florence Bille est la nouvelle présidente de la très célèbre association qui essaye de réaliser tous les vœux des enfants : MAKE-A-WISH South.

    Il faut savoir qu’en Belgique, il existe deux associations de MAKE-A-WISH, une en Wallonie et l’autre en Flandres. Durant de nombreuses années, Florence a été très active au sein de la branche wallonne. Aujourd’hui, elle va prendre les rênes de MAKE-A-WISH South.

    Chièvroise d’origine, Florence est célibataire et épicurienne C’est comme cela qu’elle se définit. En bref, elle aime la vie. Elle travaille dans le monde des assurances comme courtière mais son hobby favori a toujours été l’association made in U.S.A comme elle nous l’explique : « Je fais partie de cette association depuis une douzaine d’années. Il faut savoir que durant de nombreuses années, j’ai été une bénévole dans la réalisation des vœux. Par la suite, je me suis investie un peu plus dans l’association wallonne de MAKE-A-WISH et je suis devenue responsable des relations internationales et en même temps, j’étais dans le comité exécutif ». C’est suite à une série d’évènements que Florence est devenue la nouvelle présidente de  MAKE-A-WISH South « Ce que j’ai accepté volontiers et c’est un job que je ferais avec toute ma passion. Mon rôle sera de représenter la fondation américaine Makeawish2.jpgau sein de notre pays mais aussi d’être une figure de proue, une cheffe d’orchestre et aussi de prendre des contacts avec nos partenaires et sponsors » explique-t-elle. Il faut savoir que MAKE @ WISH est une véritable organisation et que rien n’est laissé au hasard « Il y a d’abord un comité d’administration où nous sommes sept personnes qui représente la Wallonie et Bruxelles, plus un responsable par antennes qui gère son équipe. Au total, il y a cinq antennes : Le Hainaut, Bruxelles, le Brabant Wallon, Liège et le Luxembourg. En plus, nous avons un responsable de vœux, de marketing et de communication interne ». Il faut souligner que pour ce titre de présidente Florence travaille gracieusement. Le prochain défi sera de taille pour la chièvroise : trouver plus de fonds. « Nous ne recevons aucun subside et mon cheval de bataille sera d’améliorer le Fundraising et de trouver encore plus de partenaire ». Espérons que pour la chairwoman belge son vœu se réalisera !

  • Ath & Chièvres: Make-A-Wish Belgium South réalise plus de 120 vœux par an.

    426027_304110739644021_329189120_n.jpgL'histoire de Make-A-Wish débute aux Etats-Unis en 1980. A Phoenix (Etats-Unis), Christopher, un petit garçon de 7 ans, est atteint de la leucémie. Son rêve: être policier ! Afin de permettre à Christopher d’exaucer son vœu, les agents de quartier se réunissent pour lui offrir son uniforme, son badge et une petite moto. Depuis sa naissance aux Etats-Unis, Make-A-Wish® a connu une expansion internationale. On compte aujourd’hui 37 pays affiliés. Make-A-Wish International représente 225.000 vœux réalisés depuis sa création, plus de 30.000 bénévoles dans le monde et toujours plus de pays affiliés. Il faudra attendre 1990 pour que l’association Make-A-Wish voit le jour en Belgique. Les bénévoles du pays 1604396_387279534758149_6366840291648630990_n.jpgs'organisent et se structurent pour couvrir respectivement le nord et le sud du pays. Les néerlandophones ont leur propre association. Make-A-Wish est une association sans but lucratif qui fonctionne grâce au travail de bénévoles. Leur mission : réaliser le vœu des enfants atteints de pathologies lourdes. Make-A-Wish Belgium South réalise plus de 120 vœux par an. Pour cette année, alors qu'il reste deux mois, ils sont en passe de battre un record  avec 135 vœux déjà exaucés!