Jeu de la balle - Page 3

  • Jeu de balle: les arbitres ont reçu des nouveaux equipements

    ARBITRES JEU DE BALLE.JPG

    Il y a peu, les arbitres de balle pelote du Hainaut occidental se sont réunis avant la nouvelle saison ballante afin de recevoir de nouveaux équipements offerts par un généreux donateur. Le Hainaut compte 16 arbitres, donc cinq qui peuvent officier au sein de l’élite ballante.

    Durant cette réunion, on a appris que la balle 2017, qui a été tant décriée, sera toujours d’actualité pour 2018. « Les clubs nous ont toutefois soumis la demande de pouvoir colorer les balles afin qu’elles soient plus visibles. Une réunion se tiendra d’ici peu au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour l’avaliser, ou pas. » Fabrice de préciser « Par ailleurs, le fabricant irlandais nous avait promis les nouvelles balles en décembre. À quelques semaines de la nouvelle saison nous n’avons toujours rien reçu… Le fabricant a invoqué des soucis de fabrication. »

  • Jeu de balle & Isières: N'oubliez, ce lundi c'est le 49e Grand-Prix Simoulin

    TOURNOI SIMOULIN (2).JPG

    Ce lundi de Pâques aura lieu le 49e Grand Prix Simoulin de balle pelote. Le tournoi réunira du beau monde : Sirault, Thieulain, Isières et Kerksken. La première lutte opposera Thieulain à Kerksken. La seconde lutte opposera Isières à Sirault. Tous auront à cœur de remporter le premier tournoi de la saison. On pourra déjà juger Thieulain qui, avec Guillaume Dumoulin et Tanguy Metayer, espère réaliser de grandes choses comme en 2017. « Il sera difficile pour nous de juger notre niveau car jusqu’à présent, nous n’avons joué que quelques luttes. Et n’oublions pas que la saison ne fait que commencer », explique le Canari, Tanguy Metayer Il ne reste plus qu’une chose à souhaiter : que la météo soit de la partie. Pour ce premier rendez-vous important de l’année, les participants devraient déjà être affûtés et proposer un joli spectacle. Le 49e GP Jules Simoulin débutera donc ce lundi 2 avril à 14h30 précises au ballodrome d’Isières sur la place du village. La première lutte fera déjà office d’affiche puisqu’elle opposera Kerksken, champion en titre, à Thieulain, vice-champion. La suivante opposera Isières à Sirault alors que la finale se disputera dans la foulée de cette deuxième opposition.

    28958490_10215966990831077_2843661889314605550_n.jpg

  • Ath & Jeu de balle: L’Amicale des Vétérans a versé son bénéfice au profit des jeunes

    DONS  JEUNES.JPG

    Ce dimanche au Hall du CEVA a Ath, l’Amicale des Vétérans présentait son rapport annuel. Le comité a décidé de faire un don aux clubs formateurs ballants de la région

    Comme l’a expliqué le président Patrice Bougenies « Le bilan positif du 47ème Grand Prix des Vétérans de jeu de balle de juillet 2017 a permis à notre amicale d’allouer une gratification aux sociétés ayant aligné en 2017 une ou plusieurs équipes de jeunes. » Le subside global à partager était de 1.260€. C’est ainsi que chaque club formateur a reçu 60€ par équipe de jeunes alignée. C’est ainsi que 6 clubs de jeue de balle ont aligné pas de 21 équipes de jeunes: en 2017, Oeudeghien avait aligné 5 formations, Bassily et Isières 4, Meslin et Ogy 2 et Vaudignies 4.

    Même si le don a été minime, il est toujours valorisant que des sociétés soutiennent la formation ballante des jeunes pelotaris

  • Jeu de balle & Ligne: Fallait-il sacrifier le fronton belge sur l’autel de la mondialisation?

    FRONTON BELGE.JPGAlors que tous les projecteurs des jeux de balle sont dirigés vers le One Wall, le fronton belge est longtemps resté dans l’ombre. Mais aujourd’hui, il semble renaître de ses cendres. De jeunes pelotaris y reviennent. Pourtant, le fronton belge a été écarté par la Fédération des jeux de Paume de Wallonie-Bruxelles il y a plusieurs années, pour faire à ce jour partie de la Fédération Belge de Pelote Basque… André Deblomme, le président du club de Ligne, donne quelques précisions : « Notre fronton a toujours connu son succès, plus que le One Wall à une certaine époque. C’est à ce moment que la fédération a décidé purement et simplement de nous exclure. À partir de là, nous n’avions plus aucun soutien et comme il n’y avait plus de compétitions, les jeunes sont partis. Pour ma part, je pense que ces deux sports étaient compatibles ».

    Et de poursuivre : « Malgré tout, il existe un gros potentiel de joueurs qui veulent toujours jouer au fronton belge. Par exemple, le club d’Œudeghien forme des jeunes pelotaris au fronton dans notre salle à Ligne. »

    IANDRE DEBLOMME.JPGl semblerait donc que le fronton sorte peu à peu de sa léthargie. « Ces trois dernières saisons ont été difficiles pour notre club. Cette année, deux jeunes sont revenus au fronton après avoir goûté au fronton international. Ils se sont aperçus que pour la pratique du sport ballant, le fronton belge était plus adapté niveau entraînements. Je dois avouer que ça nous a fait plaisir. Nous accueillons une dizaine de pelotaris dans notre salle. Difficile de faire beaucoup plus. Pas par manque d’ambitions, mais bien de moyens : notre salle ne dispose que de deux panneaux ».

    Dernièrement, le club de Ligne a organisé un tournoi de fronton belge et a connu un gros succès « Nous avons accueilli de nombreux pelotaris de N1 et nous comptons rééditer l’expérience, » conclut le président.

    Alors, fallait-il sacrifier le fronton belge sur l’autel de la mondialisation ? Rien n’est moins sûr.

  • Rebaix & Jeu de balle: Michel Cottille est parti sans crier gare

    DECES MICHEL COTILLE.jpgLe monde du jeu de balle est en deuil suite à la disparition de Michel Cottille, figure emblématique de la formation de Rebaix.

    Michel était né le 18 septembre 1949 et était le fils de Raoul Cottille, très connu dans les milieux ballants. Il est vrai que Michel Cottille avait fait toutes ses classes dans le club de son village de Rebaix, duquel il avait connu la glorieuse époque.

    Michel, qui nous a quittés ce week-end, avait débuté sa carrière ballante en 1961 en minime et avait passé toutes ses classes à Rebaix, où il avait même évolué avec son père en 1968. « Michel avait suivi les traces de son père et avait fait toutes ses classes à Rebaix, depuis les catégories de jeunes jusqu’en nationale. Il exerça son talent au petit milieu et était bien connu pour sa frappe redoutable. Il avait terminé sa carrière à Œudeghien, avant de devenir membre protecteur de Musée National des Jeux de Paume, » raconte le conservateur du musée ballant à Ath, Camille Rasson. Michel Cotille était aussi membre des Amis du 7 juillet et fils d’un déporté rebaisien : il ne ratait aucune commémoration. Les funérailles auront lieu ce mardi à 11h à l’église de Rebaix. Sur notre photo, on peut le voir en compagnie de ses anciens coéquipiers d’Œudeghien(N1), où il avait terminé sa carrière.