- Page 3

  • Ath: La Croix Rouge de Belgique va organiser une session de cours de secourisme

    5a9d761d-cf06-4c45-a4d5-63372b71a83b.jpgCe 24 mars, la Croix Rouge de Belgique organise une session de cours de secourisme, à partir de 16 ans, salle au rez-de –chaussée, maison de repos « La Roselle » de 9h à 16h.

    Frais d’inscription est de 70€.

    Où: Maison de repos "La Roselle"

    Contact : 068/28.53.67

  • Ath: " Nous ne voulons plus revivre le bain de sang social de 2013 "

    MARC DUVIVIER.JPGLundi soir, Marc Duvivier, le bourgmestre athois, présentait ses premières pistes pour présenter un budget 2018 à l’équilibre. Avant la réunion qui réunissait les différents protagonistes de cet exercice financier, soit l’ensemble du collège communal, les experts financiers de la commune, et les délégués syndicaux, M. Duvivier a tenu à présenter ses chiffres à la presse.

    Pour le bourgmestre Athois, le compte est bon…..du moins pour 2018….

    « Au 31 décembre 2017 nous avions un boni de 5.557.000 € et au 1er janvier 2018, il est de 7.500.000 €.  Au cours de cette mandature, elle a varié entre ces deux montants. Elle est restée constamment positive. De plus, nous avons une provision de 650,000 € reste non utilisée à ce jour. »

    Bien sûr, il faudra attendre, la validation de ces chiffres par la Région Wallonne et aussi lors du prochain conseil qui devrait se dérouler le jeudi saint….comme quoi, il faut toujours croire au miracle

    Mais pour les syndicats pas question de lâcher la vigilance comme l’a expliqué le front commun CGSP-CSC via un communiqué « 

    En effet, à grands renforts de « chiffres validés par le directeur des finances et le directeur général », le Bourgmestre a présenté à la presse une situation financière idyllique de la Ville d’Ath, qu’il semble le seul à entrevoir avec Madame Delfanne et Monsieur Bougenies. Pour rappel, depuis 2013, le CRAC a remis des avis « largement défavorables » sur tous les budgets de la Ville. Depuis 2010, le Directeur Financier dans ces différents rapports d’analyse du budget réclame une actualisation du plan de gestion permettant de combattre le déficit structurel de la Ville et annonce une banqueroute pour 2021 et le duo syndical de poursuivre « Le budget 2018 sera sans doute équilibré… nous ne le contestons pas. Mais à quel prix ! La Ville remet son budget en équilibre principalement en vidant les caisses de ses entités consolidées (CPAS pour 400.000 € et Zone de Police pour 900.000 €) pour assurer sa survie en 2018. La gestion parcimonieuse de la Zone de Police qui a tant été vantée par le Monsieur le Bourgmestre sert donc à compenser le train de vie trop dispendieux de la Ville…

    CONSEILATH 3.jpgNous ne contestons pas non plus les chiffres de trésorerie annoncés, à tous le moins les 7.000.000 € mis en évidence par le Directeur Financier lors de notre commission plénière de lundi soir (nous nous demandons par contre toujours comment ces 7.000.000 € se sont transformés en 12.000.000 € sous la plume du journaliste de la Dernière Heure…). Ces 7.000.000 € représentent une somme pharaonique pour l’ouvrier communal qui depuis 2013, doit payer ses factures sans prime de fin d’année. Mais à l’échelle d’une Ville qui en 2019 devra puiser dans ses réserves 3.300.000 € et 3.700.000 € en 2020 (données dans tableau de bord accompagnant le budget 2018 et dès lors certifiées par le Directeur Financier), ces 7.000.000 € sont un « petit » bas de laine qui sera complètement épuisé en 2020 ! Nous ne sommes pas inutilement alarmistes, ni populistes, ni démagogiques, nous sommes seulement réalistes et notre démarche n’a d’autre but que de tirer la sonnette d’alarme pour ne plus revivre le bain de sang social de 2013 (qui avait aussi été précédé d’annonces rejetant toute forme de licenciement). La véritable démagogie ne réside-t-elle pas dans la volonté de certains membres du Collège communal de nous faire croire que la situation financière de la Ville sera redressée uniquement en agissant sur les frais de fonctionnement et en activant une aide de la Région Wallonne pour la cotisation de responsabilisation qui ne fera que reporter le problème sur la prochaine génération ? »

    RETROUVEZ CI-DESSOUS L’ENTIERETE DU COMMUNIQUE

    COMMUNIQUE FRONT COMMUN.pdf 

  • Ath: L'ecole Georges Roland va avoir sa propre radio

    untitled.pngR.G.R. (Radio Georges Roland) est le nom de la radio mise sur pied par les 6e primaires de l’école communale Georges Roland d’Ath. Les écoliers s’activent pour donner naissance à deux émissions en direct. La première sera diffusée le 22 mars de 14h30 à 15h.

    Le projet «L’école au micro» est né d’un partenariat entre La Ruée vers l’Art (Centre d’Expression et Créativité de la Maison Culturelle d’Ath) et l’école Georges Roland. Il s’inscrit dans le cadre du décret Culture-École de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui soutient des activités culturelles et artistiques dans les écoles, en collaboration avec un opérateur culturel.

    Depuis septembre 2017, les élèves participent à des ateliers animés par des professionnels du secteur. Ils ont ainsi appris à se familiariser aux métiers de journalistes et d’animateurs radio. Ils ont testé les ambiances, posé leurs voix, réalisé des interviews, des micros-trottoirs et manipulé du matériel professionnel. Cette expérience radiophonique a permis aux jeunes de s’exprimer sur des sujets de société et rendre l’information plus accessible aux enfants de leur âge. Une aventure passionnante menée à bien par des élèves motivés.

    Ce projet perdurera puisqu’il sera ensuite exclusivement géré par les enfants et leur professeur.

    Aujourd’hui, les jeunes apprentis se consacrent à la réalisation de deux émissions qui seront diffusées en direct au sein de l’école. Rendez-vous le 22 mars à 14h30 sur radiogeorgesroland.wordpress.com pour écouter la toute première édition de la nouvelle station radio : R.G.R.

  • Bouvignies: Le géant Benjamin Deneubourg vous convie à son repas du Printemps

    466379697_3.jpgD’ici quelques jours aura lieu le souper du Printemps de L'équipe du géant Benjamin Deneubourg Le comité donne vous fixe rendez-vous ce samedi 24 mars dès 18h à l'école de Bouvignies.

    Au menu :

    Jambon grillé sauce miel moutarde et bar à salade

    (self-service)

    ou

    Filet américain, frites

    (Apéritif et dessert compris

    Pour plus d'infos ou réservation, vous pouvez contacter Charly Godfrin par Facebook ou par téléphone au 0471/777.492

    https://www.facebook.com/events/146703126038261

  • Ath: Francine Leleux est décédée

    B9715121513Z_1_20180320130144_000+GRSAU6K6O_1-0.jpgFrancine Leleux, ancienne présidente de la Fédération francophone belge de judo est décédée. Francine a aussi donné ses lettres de noblesse au Judo Club Athois.

    Le monde des arts martiaux est en deuil. Francine Leleux est décédée.( la photo est de : Simon Barzyczak)                                     

    Avec son mari Jean, disparu en 2014, elle avait largement contribué à donner ses lettres de noblesse au Judo Club Athois, aujourd’hui géré par leur fils Thierry.

    Figure emblématique, Francine Leleux a aussi marqué l’histoire du judo francophone.

    Titulaire du grade de 6ème dan judo, monitrice du Judo Club Athois, Francine a aussi été la figure de proue du développement du judo féminin en Belgique et une ancienne Présidente de la Fédération.

    Il y a quelques années, elle avait choisi de se consacrer à un nouveau défi en créant la Fédération Francophone de Ju-Jitsu.

    A son fils Thierry et à tous les membres de sa famille, notre blog présente ses condoléances.

    La famille recevra les condoléances au funérarium LUMEN, 473, chaussée de Mons à Maffle, le jeudi 22 mars 2018 de 12 heures 45 à 13 heures 15 précices

    Notre blog adresse toutes ses condoléances à la famille de Francine et à ses proches.

  • Ath: On y vient de Bastogne depuis 15 ans!

    IMG_0655.JPG

    Ce samedi, la 57e édition de la foire du Printemps a ouvert ses portes. Cette foire, qui durera jusqu’au 26 mars au Hall du « CEVA », est une véritable institution économique régionale. Elle est organisée par l'Association des Commerçants et Artisans (ACAA) sur plus de 4000m².

    « À ce jour, nous pouvons dire que le Hall du CEVA fait le plein exposants. On y trouve des métiers de bouche, des entreprises de chauffage, de jardinage sans oublier un mini salon de voitures ainsi que des commerces de literies. En bref, il y a un peu de tout à cette foire du Printemps. Au total, on retrouve plus de 80 exposants. Il faut savoir que plus de 50% des exposants viennent de la région », explique la présidente Mme Ariane Despretz

    IMG_0659.JPG

    Il est vrai que l’on vient de loin pour ce salon. Nous avons rencontré une exposante de la région de Bastogne. Elle vend des produits de bouche et on peut dire que cette foire, elle la connaît bien : « Cela fait une quinzaine d’années que je suis présente à cette foire », explique Marie Puissant, du stand des salaisons de Bastogne. « Je dois dire que depuis autant d’années, j’ai une clientèle assez fidèle. Sans oublier que l’entrée est gratuite et grâce à cela, il y a un énorme flot de visiteurs. Nos produits sont typiques de ma région. On ne les retrouve nulle part ailleurs. Je dois aussi souligner que cette foire très familiale et bon enfant en fait un événement auquel je participe toujours avec plaisir. »

    On le voit à l’heure d’internet, le contact avec les gens reste une valeur inestimable.

    Infos

    Vendredi 23 mars :

    Nocturne jusque 21h

    Samedi 24 mars :

    Animations diverses dans les allées de la foire

    Dimanche 25 mars : Chasse aux œufs dans les allées de la foire

    Lundi 26 mars :

    Dernier jour de la foire, l’occasion de faire de bonnes affaires.

  • Ath: la Bibliothèque propose une exposition intitulée « Le français par tous les temps

    c2a508b5-c9c8-4955-95ff-07d59384dd8f.jpgA l’occasion de l’opération “La langue française en fête” (du 17 au 25 mars 2018) organisée chaque printemps par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Bibliothèque a choisi de présenter une exposition intitulée « Le français par tous les temps », et de faire vivre ses collections emplies d’amusantes et de surprenantes informations offrant à chacun la possibilité de fleurir son langage !

    Le français, une langue drôlement vivante !

    La langue française est aussi riche de ses spécificités que de ses variantes ! Parlé dans plus de 60 pays, sur les 5 continents et par quelque 200 millions de personnes, le français n’a pas qu’une longue histoire, il a encore un bel avenir.

    De quels pays le français est-il la langue officielle ? Quelle provenance attribueriez-vous aux mots « bistrot » et « macadam » ? D’où vient l’expression « échec et mat » ? Que signifie «être conjoncturé» en Côte d’Ivoire ?   Saviez-vous que le mot « flirter » vient du français « fleuretter » que l’on retrouve dans « conter fleurette » ?

    Sur un mode ludique (solutions des jeux sur le dernier panneau) et destinée au grand public, cette exposition évoque les origines, les nuances et les ressources d’une langue en perpétuelle effervescence.

    Infos :

    Accessible durant les heures d'ouverture de la Bibliothèqe.

    Boulevard du Château, 16

    Ath

    068/68.13.40

    bib.com@ath.be

    Mardi : 10h à 12h30 - 14h à 19h

    Mercredi : 10h -18h

    Jeudi : 10h à 12h30 - 14h à 18h

    Vendredi : 10h à 12h30 - 14h à 18h

    Samedi : 8h à 14h

  • Isières: Le froid n’a pas arrêté l’ardeur des crosseurs

    CROSSAGE ISIERES 3.jpgC’est par un froid polaire que les amateurs de crossage s’étaient donné rendez-vous pour cette 17e édition.

    C’est en 2002 que des irréductibles isièrois en mal d'activité décident d'organiser une journée « crossage » au village. Reprenant une tradition qui existait déjà il y a plusieurs dizaines d’années.

    Et cette année, en plus du froid, la neige s’était invitée. Et sans doute que cela avait amené moins de crosseurs (photos 2 et 6) que d’habitude. Mais les fanatiques (photo 1) qui avaient fait le déplacement n’ont pas été submergés par le vortex polaire qui était tombé sur le village Athois. CROSSAGE ISIERES 4.jpgLe vin chaud aura été la boisson favorite (photo 4) de ces « sportifs ». Sans oublier le coin chaleur qui ressemblait plus à un mouvement de grévistes (photo 3). Sauf qu’ici pas de mauvaise humeur et pas de coquelicots vengeurs. Ils étaient à la recherche d’un peu de chaleur avant de repartir à la chasse « à l’tonne » (photo 5)

    Plus de photos en cliquant ICI

     

     

     

    CROSSAGE ISIERES 2.jpg