Ath: Les Matelots n'ont pas oublié Daniel Leclercq

Troupe 2018.jpg

Les 1er et 2 septembre, pour la neuvième fois de leur existence, les « Matelots de la Dendre » avaient programmé pour commémorer leur 165ème anniversaire, une des plus belles œuvres lyriques de l’Opérette dite classique, « Les Mousquetaires au couvent » de Louis Varney. Œuvre qui fut à l’origine en 1927, du premier gala lyric de cette Association.

« Sous la houlette du talentueux chef d’orchestre anversois Stijn Saveniers et une mise en scène des plus chatoyantes d’un dynamisme époustouflant concoctée par Dominique Papegay et Lionel Lhote, la distribution offrait une brochette d’artistes professionnels d’exception : les Mousquetaires Lionel Lhote (Narcisse de Brissac) dont la réputation n’est plus à démontrer, apportait à ce rôle toute la chaleur de sa superbe et magnifique voix et toute la verve de son talent de baryton, le second Xavier Flabat (Gontran de Solange), assurait avec efficacité ce Mousquetaire du Roy, sa prestance imposante et sa voix de ténor viennois s’accordaient parfaitement dans les duos et trios malgré certains aigus rabotés au point de vue justesse.  Joël Minet assurait un Rigobert avec sa voix autoritaire et puissante il fut largement à la hauteur de sa tâche. L’abbé Bridaine tenu par un Jean Pierre Williame habitant ce rôle avec sa bonhomie habituelle, son talent de comédien fut remarquable et apporta la touche burlesque nécessaire à ce rôle. »  Le Gouverneur qui devait être interprété par un membre de la troupe Daniel Leclercq qui hélas, a quitté inopinément le 3 août ce pourquoi le spectacle lui fut dédié il a été remplacé par un habitué du théâtre lyrique, Gérard Mengal qui remplit sa tâche à la perfection avec son aisance habituelle.

10007242_662911020423320_365217429_o.jpg

Côté féminin, Catherine Maufroy fut une Simone impériale la justesse de sa voix parfaitement maitrisée et son impeccable diction donna à ce rôle toute ses lettres de noblesse. Les nièces du Comte de Poncourlay Louise et Marie, tenus par Juliette Allen et Angeline Le Ray apportèrent toute la fraicheur que nécessitent ces rôles leurs voix sublimes et talent scénique inné apporta au groupe exceptionnel des dix autres pensionnaires du couvent des Ursulines, tenues par les « Matelotes », toute la saveur qu’on attendait d’elles dans le final endiablé du second acte malgré les difficultés imposées, à bon escient, par la mise en scène mouvementée à l’extrême pour le bonheur du public qui bisa cette apothéose aux deux représentations.

Acte 3.jpg

Le duo des Sœurs Opportune et Supérieure étaient dévolus à Patricia Vanacker et Laurence Wiot, qui comme d’habitude apportant leur expérience furent largement à la hauteur de leur tâche.

Les choristes des Matelots qui campaient les Mousquetaires, Bourgeois, Religieuses et Pensionnaires avec un brillant jusqu’auboutisme et l’orchestre composé de vingt musiciens, dirigé de main de maître par Stijn Saveniers contribuèrent avec succès à la réussite de ce spectacle. Les costumes étaient peaufinés par Marie Pierre Papegay, les perruques et maquillage posés par Dominique Papegay et Marie Line Devigne, les accessoires préparés par Josiane masure, les décors de Gérard Decarpentry, gérés par Robin Oerlemans, Virgile Verset, Steven Laurens, Massimo Frescura.

Acte 2.jpg

En 2019, les spectacles sont programmés les 9 et 10 mars et les 31 août et 1er septembre.

Si le cœur vous en dit, vous pouvez rejoindre les rangs des « Matelots » comme artiste, choriste, figurant ou technicien. 068/28.17.02 ou 068/28.37.62

Commentaires