Arbre: Un habitant du village a créé ArkanS

27971774_10216414687906714_864899867391617424_n.jpgLe jeu de plateau ArkanS va sortir officiellement à la fin du mois. Son concepteur, Benoît Miclotte, voulait un jeu aux règles simples, mais qui demandait beaucoup de réflexion.

Benoît Miclotte, un habitant d’Arbre, dans l’entité d’Ath, a toujours été passionné par les jeux de société. Il va bientôt sortir sa propre création ; ArkanS, un jeu de stratégie aux règles simples, mais aux parties intenses.

« Cela fait une dizaine d’années que je joue à des jeux de figurines, se remémore le concepteur. Mais il y avait toujours des règles qui ne me plaisaient pas. J’ai donc décidé de faire mon propre prototype de jeu, et je l’ai présenté au festival Trolls & Légendes. La première version mettait en scène des guerriers vikings, mais c’était purement décoratif. J’ai ensuite choisi les quatre éléments naturels, et je l’ai baptisé La Guerre des Coins. »

Benoît Miclotte suscite l’intérêt d’un premier éditeur, mais celui-ci le fait poireauter pendant 2 ans. Le concepteur opte ensuite pour une autoédition, à 500 exemplaires.

« C’était une prise de risque, car ça représentait quand même une certaine somme, précise M. Miclotte. Au dernier Trolls & Légendes, j’en ai écoulé 60 boîtes. J’avais disposé un panneau sur lequel les gens pouvaient noter leurs impressions. J’ai eu des retours très positifs, et d’autres curieux venaient après les avoir lus. »

Parmi ces enthousiastes, un éditeur de la société luxembourgeoise Tsume, qui vient de lancer une gamme de jeux de plateaux, Yoka board games.

Celui-ci recontacte le concepteur, et un accord est trouvé pour que La Guerre des Coins devienne ArkanS, un jeu semblable enrichi d’un univers fantastique tiré de la plume du dessinateur Régis Torres.

Mais concrètement, comment y joue-t-on ?

ArkanS est facile à prendre en main : de 2 à 4 joueurs s’affrontent, ou s’allient. Chacun pose des tuiles de valeurs différentes en partant du milieu du plateau, puis en ajoute de nouvelles, bord à bord. Mais celles si doivent être de valeur égale ou supérieure. Le but est d’en placer un maximum dans les coins du plateau. Mais plus le stock de tuiles s’épuise, plus ArkanS, qui tient tant des dominos que des échecs, devient exigeant.

« Les règles sont simples, mais pas simplistes, ajoute M. Miclotte. C’est un jeu où on réfléchit beaucoup, on n’a pas le temps de s’ennuyer entre les tours. »

Comptez 45 minutes par partie. À partir de 7 ans.

« ArkanS, Les chroniques d’Eryn – La Guerre des Coins » sur Facebook.

Commentaires