L'estaminet Athois, le Melchior sera fermé pendant 15 jours

melchior, estaminetAprès la quasi-émeute qui a mis la Grand-Place en émoi, dans la nuit de samedi à dimanche dernier, la ville a pris un arrêté de fermeture de la taverne “ Melchior ” jusqu’au 16 mai. Le patron ne comprend pas tout: il estime que c’est lui et ses clients qui ont été agressés. Des individus s’en étaient pris le week-end dernier à des clients du Melchior qui y fêtaient un anniversaire. L’affrontement avait dégénéré en émeute et mobilisé des renforts de la police fédérale.Ni les uns, ni les autres des protagonistes de cette bataille rangée ne sont des enfants de choeur... Dans le bistrot, quelque 70 personnes trinquaient à la santé de T., un Lessinois qui a ses habitudes à Ath. La plupart venaient de Bruxelles et appartiennent au noyau dur des supporters d’Anderlecht, pas spécialement réputés pour être très fleur bleue... Les “ agresseurs ”, eux, sont bel et bien des Athois, même si d’aucuns voient surtout en eux des “ étrangers ”, des “ Auvergnats ” aurait dit Brice Hortefeux, l’ex-ministre français de l’Intérieur...À sept contre septante (mais ils s’étaient muni de gaz lacrymogène), ils sont donc passés à l’attaque.La bagarre a provoqué quelques dégâts sur la Grand-Place mais elle aurait pu avoir des conséquences plus dramatiques. Le risque d’une escalade dans les représailles n’est d’ailleurs pas écarté...La Ville vient donc de prendre une sanction, contre le “ Melchior ”. Le patron, Antonino Ensabella, est philosophe mais il digère mal d’être le seul puni. Ceux qu’il considère comme ses agresseurs ne sont pour l’heure pas inquiétés (mais la justice suit son cours). “ La sécurité se dégrade à Ath ”, dit-il. “ Et laisser les fauteurs de troubles -pourtant bien connus- impunis va aggraver les choses. Il faut d’urgence une police de proximité qui soit à l’écoute et donc au courant de tout ce qui se passe pour pouvoir prévenir les difficultés. Nous, on veut pas la guerre, on veut seulement travailler pour nos enfants... Ceux qui veulent la bagarre n’ont qu’à aller la faire chez eux... ”. Le commissaire Pettiaux, chef de la zone de police, se veut rassurant, même si les effectifs seront renforcés ce week-end. ( infos le site: Nord-Eclair et JME)

Commentaires